Le poker est un jeu si vaste et avec tant de possibilités pour les joueurs que chacun peut choisir le style de jeu de poker qui lui convient le mieux, sans copier celui des autres. Un style qui peut par exemple être conservateur, sans jamais risquer beaucoup de jetons ou en ne participant qu’aux mains dans lesquelles nos chances de victoire sont très élevées. Mais on peut aussi opter pour un style beaucoup plus agressif, où on flirtera avec les limites du hasard et de la chance et où on fera battre à mille à l’heure le cœur des autres joueurs autour de la table. Mais quelle que soit sa manière de jouer favorite, il existe toujours une stratégie adaptée à celle-ci.

Il est évident qu’il y a des concepts au poker qui sont bien plus utiles à maîtriser pour une certaine forme de jeu que pour une autre, et dans cet article c’est la forme la plus agressive possible qui nous intéressera. Car le concept dont nous souhaitons parler est celui de backdoor, qui pourrait se traduire en français par « la porte de derrière ». Ce terme peut apparaître comme un peu confus, et il est donc bon de le préciser. Un backdoor au poker est en réalité un tirage à deux cartes, c’est-à-dire une partie où vous aurez besoin de toucher deux cartes spécifiques pour pouvoir l’emporter. En général, une situation backdoor se produit juste après le flop, ce qui veut dire qu’il vous faudra toucher les deux cartes souhaitées à la turn et à la river.

Pour certains joueurs, c’est une tactique très dangereuse et qui ne vaut pas la peine de mettre ses jetons dans la balance. Pour d’autres, c’est une authentique tradition de la tenter pour sauver sa partie et refaire son stack. Mais tout le monde est d’accord pour dire que le backdoor est une main très lucrative, inespérée et qui peut changer la physionomie d’un tournoi tout entier quand elle fonctionne.

Un exemple simple de backdoor serait un flop avec un 7 sur la table, alors que l’on compte un 9 et un 10 en main. Un 8 apparaît ensuite à la turn avant qu’un Valet ou un 6 ne surgissent à la river, nous offrant donc une quinte. Il peut se produire une situation identique quand on est à la recherche d’une couleur, et au final ces deux mains (quinte et couleur) sont celles qui seront les plus couramment recherchées en backdoor. Ainsi le mieux sera de les analyser en détail.

Commençons avec l’idée de toucher deux cartes pour une quinte. Il est certain que partir sur un tirage quinte avec seulement trois cartes utiles pour cela après le flop, est une des situations les plus stressantes du jeu. Pour la plupart des joueurs, devoir compter sur le fait de toucher les deux exactes cartes nécessaires, lors des deux derniers tours, pour obtenir une quinte sera trop incertain, et ils préféreront se coucher. Toute autre action pourrait d’ailleurs être considérée par beaucoup comme une des erreurs les plus basiques du poker. Ce qui est sûr est qu’il faut toujours garder dans un coin de sa tête les probabilités de victoire, sachant qu’une quinte peut se toucher de plusieurs façons : par en haut ou par en bas, voire par le milieu.

Il y a donc réellement une possibilité pour que l’issue d’une stratégie backdoor au poker soit favorable, d’autant plus que c’est une tactique quasiment impossible à détecter pour les autres joueurs. Il est en effet difficile pour vos adversaires de croire que vous avez eu suffisamment de chance pour toucher les exactes deux cartes dont vous aviez besoin pour arracher une quinte. Les joueurs sont souvent concentrés sur leurs propres probabilités, et ils ne sont pas toujours capables d’envisager tous les scénarios de victoire possible. C’est donc une bonne raison pour en profiter et attaquer.

De plus, chercher une quinte en backdoor peut se faire aussi bien avec des mises agressives pour mettre la pression sur ses adversaires qu’avec un style beaucoup plus sage en suivant simplement les mises peu élevées des autres. Mais si vous êtes en mesure d’aller chercher une quinte très haute, il faudra miser très fortement, ce qui perturbera grandement vos adversaires qui auront alors peur du bad beat. D’ailleurs, ces types de main de poker sont de parfaits exemples de situations où peuvent se produire des moments de tilt ou de grand désespoir pour les vaincus.

Le projet d’obtenir une couleur avec la turn et la river offre quelques spécificités un peu différentes de celui de la quinte. En premier lieu parce qu’il est plus fréquent de la rencontrer, ce qui la rendra plus prévisible pour les autres joueurs. Alors que l’on pouvait compter sur des probabilités de victoire de l’ordre de 5% ou 10% pour une quinte en backdoor, celles-ci peuvent monter jusqu’à 15% pour une couleur. Et plus grandes sont ses chances d’apparaître, plus faible est l’effet de surprise. C’est pour cela qu’il faut faire encore plus attention avec cette stratégie-là.

Il faut bien comprendre qu’il sera quasi-impossible de cacher sa recherche d’une couleur, car il y aura au moins trois cartes d’un même couleur dans le flop, ce qui sera extrêmement visible. Les autres joueurs seront donc sur le coup, et pourraient même être sur une stratégie identique tout en possédant une carte de la même couleur plus haute que la vôtre. Ceci complique donc grandement la situation, et vous obligera à être très attentif aux mouvements des autres joueurs. Si vous vous sentez trop mis sous pression, il sera bon de jeter vos cartes le plus tôt possible.

Il ne faut pas non plus être complètement effrayé par une couleur en backdoor, car cela reste un bon moyen pour suivre tranquillement les mises ou tenter un joli bluff. Il ne faudra en tout cas pas checker trop rapidement, comme vous pourriez le faire avec une main plus classique, car ce serait comme se débarrasser d’un problème sans prendre le temps de voir s’il y a moyen d’en profiter. Il vaut mieux rester calme et bien analyser la partie avant de prendre sa décision.

Partager.

Comments are closed.