Tâcher de comprendre ce que sont les cotes du pot peut sembler trop difficile ou ambitieux pour les joueurs de poker débutants ou occasionnels. Pour ma part, je dirais au contraire qu’il est bien plus difficile et excessivement ambitieux de se mettre au poker avec l’espoir de gagner sans en avoir appris au préalable les bases les plus importantes.

Une autre excellente raison d’acquérir une solide compréhension des théories de base est d’éviter, dans le futur, le piège qui consiste à reproduire les jeux de très bons joueurs sans avoir réellement compris les concepts sur lesquels ils reposent. Cette pratique est hélas très répandue et amène souvent à commettre des erreurs coûteuses.

Qu’est-ce que la cote du pot ?

Dans le contexte d’une mise, la cote du pot se réfère à la relation entre la taille du pot à ce moment précis et le coût d’un suivi.

Si, par exemple, vous êtes face à une mise sur la rivière d’une valeur de 50 € pour un pot de 50 €, vous risquez de perdre 50 € (coût de suivre la mise) dans le but de gagner 100 € (soit les 50 € de mise qui s’ajoutent aux 50 € du pot). On obtient ainsi une cote du pot de 100 contre 50, soit de 2 contre 1.
Pour qu’un suivi s’avère rentable, vous devez gagner au moins 33 % des fois où vous suivez à ce moment-là de la partie. Vous pouvez le calculer en divisant le montant que vous devez suivre par la valeur totale du pot après que vous ayez suivi, soit :

50/(100+50) = 0.333 soit 33 %

Lorsque vous bluffez, vous courez le risque de perdre le montant que vous avez misé dans le but de gagner ce qui se trouve déjà dans le pot. Reprenons donc notre exemple, à la différence que vous êtes le joueur misant 50 € dans un pot de 50 € sur la rivière.

Dans ce cas de figure, vous obtenez 50 contre 50, soit 1 contre 1 sur votre bluff. Cela signifie que, pour être rentable, votre bluff doit fonctionner au moins 50 % du temps. Vous pouvez le calculer en divisant le montant de votre mise par le pot total que vous remporterez en cas de victoire (soit votre mise à laquelle s’ajoute ce qui se trouve déjà dans le pot) :

50/(50+50) = 0.5

Même si vous misez pour être suivi par des mains plus faibles (value betting), il est judicieux de garder en mémoire les cotes du pot que vous offrez à vos adversaires en cas de call. Vous devez absolument éviter d’offrir à vos adversaires de bonnes cotes sur un call s’ils ont choisi de suivre. Cela dit, si vous êtes convaincus qu’ils n’ont qu’une paire faible et qu’ils bluffent, vous pouvez vous permettre de leur offrir des cotes intéressantes et obtenir en échange un peu plus de valeur que s’ils s’étaient couchés face à une mise plus importante.

Raccourcis pour gagner du temps

Au lieu de faire ces calculs à chaque mise ou call, vous pouvez mémoriser quelles sont les cotes du pot pour des mises habituelles. Les pourcentages énumérés ci-dessous indiquent soit 1) le nombre de fois que vous devez gagner en cas de suivi de mise sur la rivière, soit 2) l’équité dont vous avez besoin si vous suivez une mise lors des tours d’enchères précédents.

Lorsque vous décidez de suivre :

  • Contre une mise du double de la taille du pot : 40 %
  • Contre une mise de 1.5 fois la taille du pot : 37,5 %
  • Contre une mise sur le pot : 33 %.
  • Contre 75 % de la taille du pot = 30 %
  • Contre 50 % de la taille du pot = 25 %
  • Contre 33 % de la taille du pot = 20 %

Lorsque vous misez :

  • Le double de la taille du pot = 66 %
  • 1.5 fois la taille du pot = 60 %
  • La valeur du pot = 50 %
  • 75 % de la valeur du pot = 43 %
  • 50 % de la valeur du pot = 33 %

Autres Considérations

Si vous vous trouvez face à une mise sur le flop ou le tournant, vous aurez également intérêt à tenir compte des cotes implicites et du fold potentiel lors des tours d’enchères suivants.
Nous en parlerons plus en détail dans de futurs articles, mais pour l’instant, souvenez-vous de ce qui suit :

1. Si vous devez jouer sur un tapis profond (“deepstack”) et que vous êtes relativement certain d’être en mesure de remporter l’intégralité du tapis de votre adversaire lors des tours d’enchères à venir, vous pouvez vous permettre de suivre avec une équité moindre que le montant dicté par la cote du pot.

2. Si vous savez que votre adversaire a une forte propension aux mises de continuation (bluff) sur le flop, et que vous avez une main dont certaines cartes peuvent vous rapporter davantage d’équité (en d’autres termes, un tirage “runner-runner”), la cote exacte du pot sera également moindre.
Cela peut signifier que vous transformez une main marginale en bluff sur la rivière ou le tournant, voire que vous suivez la mise de vos adversaires dans l’unique intention de bluffer lorsque vous aurez obtenu davantage d’équité.

Supposons, par exemple, que vous suiviez une grosse blind contre une petite blind. Le flop est et votre adversaire mise 3/4 du pot.

La cote du pot semble indiquer que vous avez besoin de 30 % d’équité pour suivre, ce qui ne devrait toutefois pas vous préoccuper dans ce cas précis. En effet, vous êtes en mesure, grâce à votre main, de réaliser une paire supérieure, une quinte flush et/ou une couleur sur le tournant. En d’autres termes, vous possédez une main dont l’équité peut augmenter considérablement lors des tours d’enchères suivants.

Cela étant dit, et précisément parce qu’il mise sur ce flop, votre adversaire doit certainement posséder un large éventail de mains, le rendant ainsi susceptible de se séparer d’une grande partie de sa gamme de mains lors des tours d’enchères suivants, et vous offrant ainsi une bonne fold equity. Cette possibilité constitue une belle opportunité pour vous de suivre sa mise sur le flop en commençant à bluffer sur n’importe quel [4x], [3x], [8x], [9x] ou n’importe quel cœur.

Consultez notre section “Comment Jouer”

Si ce guide vous a plu et que vous souhaitez encore plus vous perfectionner, il vous suffit de consulter la section “Comment jouer au poker”. Vous y trouverez des vidéos et des articles de stratégie rédigés par des professionnels du poker, tous conçus de façon à être facilement assimilables et à intégrer à votre jeu.

Partager.

Comments are closed.